AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sèches tes larmes [PV : Melian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


✧ Date d'inscription : 29/04/2017
✧ Messages : 51
✧ Écus : 42
✧ Localisation : Lac d'Ardlos
✧ Ordre des Aigles : Je suis leur proie


MessageSujet: Sèches tes larmes [PV : Melian]   Dim 28 Mai - 13:55

Voilà un certain temps que je n’étais pas venu ici, un petit mois surement, si ce n’est à peine plus. Dresser les hippogriffes me fait parfois perdre la notion du temps, en ce qui me concerne j’oublie parfois que je passe de fuinen à taimoinen. Mais je n’en reste pour autant pas moins proche de ma famille d’adoption, et c’est pour moi un réel plaisir de venir les visiter, dormir dans un énorme lit douillet, marcher dans les couloirs la nuit éclairés par les torches, voir ma petite sœur grandir et profiter de mes parents temps qu’ils sont encore là. Voir mon père et parler du royaume, aider ma mère et apprendre à coudre –sachant que je n’ai pas forcement l’air doué pour ça, je me débrouille pourtant bien. Aller passer du temps avec ma petite sœur pour lui montrer quels livres je lisais en boucle avec plaisir lorsque j’étais encore ici à temps plein. En passant à côté des porte-torches, je râle légèrement, me souvenant que cette nuit comme je n’avais pas l’habitude, je me suis pris le caloir en plein dans l’épaule, je dois avoir une belle brûlure suite aux cendres qui me sont tombées sur l’épaule… A chaque fois que je viens pour arpenter les murs de pierres blanches de cet endroit, je me laisse toujours autant surprendre. Quand j’étais petit enfant, tout me paraissait immense ! Alors que maintenant, moi qui dort prêt de la forêt avec la lune comme couverture, passe mon temps sous l’eau ou dans les airs comme terrain de jeu, ces murs me semblent de plus en plus petits. Cette demeure n’est pourtant pas minuscule, au contraire, elle est même assez volumineuse, massive, prenant une certaine place dans le paysage.

Ce lieu est grand, beau, prospère. Mais je suis à l’image des gens qui m’ont élevés, aussi, cet endroit m’est agréable pour deux raisons principales ; ils n’étalent pas leur richesse dans chaque pièce et la demeure reste tout le temps calme. Il est souvent arrivé à des gens de passage de croiser ma mère dans les couloirs et de demander où se trouvait la maîtresse de maison, alors que de son côté, elle répondait avec douceur et simplicité que c’était bien elle. Passé la surprise et la gêne de s’être ainsi trompé, les affaires pouvaient généralement commencer. C’était ma famille – Ma mère et mon père- qui s’occupent de recevoir les clients. Ils gèrent le côté financier de la vente des hippogriffes tandis que de mon côté, je les informe de ce dont j’ai besoin pour dresser les bêtes. D’ailleurs, j’avais il y a peu transmis une missive à ma mère, où étaient listés différents produits dont j’aurais besoin pour m’occuper des animaux. Une carriole devrait sous peu arriver, pleine de diverses marchandises que j’avais quémandé.

Soudain, un sanglot attire mon attention. Sur le divan, en dessous d’une large fenêtre, que de fût pas ma surprise de trouver Melian. Melian est l’une des trois sœurs pour qui j’ai prêté allégeance. J’ai juré écoute, protection et obéissance, mais ma surprise est certain, alors que j’observe la jeune femme entrain de pleurer. Tout du moins sangloté, elle tente de retenir ses larmes et échappe parfois quelques hoquêtements. Elle ne m’a surement pas entendu venir. D’un naturel silencieux pour ne pas déranger ma harde, il est possible qu’elle ne m’ait pas vu. Aussi, pour limiter la surprise de mes mots, je rends mes derniers pas claquants, afin qu’elle sache que quelqu’un se trouve derrière elle.

« Que regardes-tu à la fenêtre ? La cour est belle mais je suis sûr que d’autres parties du château pourraient être bien plus attrayant. Les jardins par exemple ! Avec un temps aussi beau, il serait un crime de ne pas y prêter attention. »

Je m’approche encore un peu, puis par un sursaut joué, feint la surprise de constater son visage triste.

« Oh … Melian. Tu sembles bien triste dis-moi. »

Prenant place à ses côtés, forçant un peu le droit de m’immiscer dans ses pensées …

« Aurais-tu besoin d’une oreille attentive ? Pourquoi pas une parole réconfortante ou une épaule accueillante ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Life is not a song, sweetling.

✧ Date d'inscription : 13/12/2016
✧ Messages : 52
✧ Localisation : thern / starkhaven
✧ Ordre des Aigles : la peur anime son cœur à la simple mention de ce nom. elle comprend leur besoin de sang tout en le condamnant.


MessageSujet: Re: Sèches tes larmes [PV : Melian]   Ven 2 Juin - 14:08

SÈCHES TES LARMES


mars 1344, après les tragiques événements à Thern, le cœur de Melian est lourd. Pas encore remise de toute cette agitation, l'esprit hanté par la mort, elle se laisse envahir par la mélancolie et le chagrin. Elle en perd le sommeil, toutes ses pensées dirigées vers la seule personne qui ne peut l'apaiser de ses mots, ses caresses. Thern lui a laissé un goût amer dans la bouche, savant mélange de sang et de cendres. La douleur dans sa poitrine refuse de s'effacer, ne lui laisse aucun répit. Allongée dans son lit, les yeux grands ouverts, elle refoule au loin des sanglots qui menacent de la submerger, de la noyer. Désertée par le sommeil, elle quitte le refuge de sa chambre, s'enfonce dans les couloirs baignés de soleil de cette demeure qui est la sienne sans vraiment l'être. Prison dorée façonnée avec soin par l'esprit torturé de sa sœur aînée, Melian n'a fait que suivre les ordres. Son corps demeure peut-être à Thern mais son cœur et son âme sont prisonniers de Starkhaven. Nulles âmes sur son chemin. La demeure semble déserte et elle sait que ce n'est qu'une illusion. A tout moment, de derrière une porte, quelqu'un peut la surprendre, la dévisager pour essayer de comprendre sa détresse. Personne ne pourrait. Résolument seule, elle s'assoit sur un banc de pierre froid face à une fenêtre donnant sur la cour où le soleil brille, inonde son visage de chaleur. Malheureusement, cela ne suffit pas à l'apaiser. La mélancolie frappe plus durement et finalement, après une brève lutte, les premières larmes salées quittent le refuge de ses yeux pour couler le long de ses joues et venir se nicher au creux de son cou. Elle sanglote doucement, attentive à ne pas faire trop de bruits, désireuse de rester invisible. Elle aurait dû rester cacher indéfiniment dans sa chambre, loin des oreilles indiscrètes et des yeux baladeurs. L'envie de marcher, de ne plus regarder ses quatre murs en face, l'avait décidé. Plus de retour en arrière possible. Surprise par un bruit de pas, elle sursaute. Prise au piège, sans moyen de s'échapper, elle lève le regard pour rencontrer le visage de son jeune protecteur, Caïn. Elle lui offre un pale sourire, reflet irréel de sa personnalité si pleine d'espoir et de joie de vivre. Prise sur le fait, elle ne peut plus cacher la réalité. « La mélancolie a eu raison de moi. » Elle prend le temps de s'essuyer le visage, pas comme une lady mais comme une femme fatiguée par la vie, usée par le chagrin. Aucun sourire ne saurait venir éclairer son visage. « Si j'avais eu connaissance de ton retour, je me serais montrée sous un jour plus joyeux. » Elle fait bonne figure, tente de dissimuler son mal être et de refouler au loin la tristesse qui l'accable, lui fait courber l'échine. Elle détourne le regard, se concentre sur la cour vide de toute vie. « Ta présence est un réconfort en soit mon ami. » Sincère et pourtant si distante. Son esprit divague, se perd dans mille pensées décousues, le regard voilé par un mirage.


(c) AMIANTE

_________________

The braids of her dark hair were touched by no frost, her white arms and clear face were flawless and smooth, and the light of stars was in her bright eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 29/04/2017
✧ Messages : 51
✧ Écus : 42
✧ Localisation : Lac d'Ardlos
✧ Ordre des Aigles : Je suis leur proie


MessageSujet: Re: Sèches tes larmes [PV : Melian]   Dim 16 Juil - 11:30

J’observe la cour par la fenêtre, plutôt heureux d’être ici en ce jour si ensoleillé. Cela faisait effectivement un petit moment que je n’étais plus venu prendre de leurs nouvelles à tous. C’est pourtant un réel plaisir que de retrouver ma famille, même si j’aime vivre en ermite, seul face à ma réflexion, il m’est toujours très agréable de les visiter. Souvent, mon père me parle du passé, avec ce que j’entends être, une pointe de nostalgie dans sa forte voix grave. Je suis sûr que tout ça lui manque, qu’il a du mal à se dire que le petit poupon qu’on lui a un jour rapporté soit maintenant plus grand que lui ! C’est pourquoi je suis sorti me promener dans les couloirs aujourd’hui. Je trouvais ça intéressant de voir si les lieux avaient changé, si l’ambiance générale était moins agréable, mais à chaque fois c’est une agréable surprise, de constater que tout le domaine est plongé dans cette douce chaleur conviviale. Pourtant, la petite femme que je vois ici, repliée sur elle-même, ne semble pas des plus joyeuse qu’il soit. Elle me semble même être plutôt triste, ses yeux légèrement rouges, les joues rosies, rien ne laisse à penser qu’elle déborde actuellement de joie la petite Melian. Cela fait un certain temps à présent que je les connais, que je leur ai même porté allégeance. Mais il me faut rester vigilant. Je veux les aider, c’est sûr. Tant que cela n’implique pas que ma vie change du tout au tout…

- La mélancolie a eu raison de moi.

Cette dernière, semble souvent être le mal qui ronge beaucoup de monde. Notre environnement change en fonction des saisons, et notre vie fait de même. Contrairement aux saisons pourtant, nous ne répétons aucun cycle et c’est là que cela devient dangereux ! Nos meilleurs souvenirs sont justement, des souvenirs. Ils sont derrière nous et on doit bien vite se relever, afin de maîtriser notre vie et de se construire de nouveaux bons souvenirs avec ce que l’on a. Je sais en revanche que pour les trois sœurs, ceci est compliqué. Elles ont passés de réels moments difficiles …

- Si j'avais eu connaissance de ton retour, je me serais montrée sous un jour plus joyeux. Ta présence est un réconfort en soit mon ami.

Je ris légèrement. Doucement, je viens m’asseoir près d’elle. Posant ma carcasse à ses côtés, je la regarde fixement. Elle semble toute penaude et je trouve ça réellement dommage. Toutes les femmes de ce monde son plus belles lorsqu’elles sourient. Quand elles rient, quand elles respirent la joie de vivre. On voit bien sur le visage de Melian que quelque chose lui manque réellement, ce ne sont pas des pleurs de stresse ou d’une tristesse passagère.

- Je peux être d’un plus grand réconfort encore si tu le souhaite. Raconte-moi ce qui t’arrive, peut-être que je pourrais te conseiller ? Et auquel cas, au moins je t’écouterais et tu pourras vider ton sac, te reposer un peu sur une épaule familière et sincère.

Je me lève doucement, saisissant sa main gracile pour l’obliger à se remettre sur ses jambes. Nous n’allons pas rester plantés là alors qu’il fait magnifique dehors ! Les jardins doivent regorger de fleurs aux milles couleurs, de quoi ravir ses yeux attristés.

- Allons dans les jardins tu veux ? On prendra l’air ça te feras du bien ! En plus il y a une fontaine d’eau claire, tu pourras t’y rafraîchir un peu le visage, ça te détendra tu verras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Life is not a song, sweetling.

✧ Date d'inscription : 13/12/2016
✧ Messages : 52
✧ Localisation : thern / starkhaven
✧ Ordre des Aigles : la peur anime son cœur à la simple mention de ce nom. elle comprend leur besoin de sang tout en le condamnant.


MessageSujet: Re: Sèches tes larmes [PV : Melian]   Sam 22 Juil - 16:13

SÈCHES TES LARMES


Hélas, même la présence amicale et chaleureuse de Caïn ne saurait ramener un sourire joviale sur le pale visage de Melian. De sombres pensées l'assaillent, l'empêchent d'être cet être si souriant et doux qu'elle a l'habitude d'être. Autour d'elle, le monde est trop cruel, trop difficile à regarder et à affronter. Elle n'a plus la force de lutter. Elle voudrait être capable d'autre chose, de lever les yeux et de se battre. Comme Neyrin dont la force ne faiblit jamais, dont l'esprit bouillonne toujours de mille idées. Comme Idril qui mène à bien ses propres combats. Elle demeure Melian. La plus fragile, celle qui rêve. La douceur incarnée. Melian et ses mains guérisseuses, son cœur trop grand et sa générosité sans limites. Melian, tout simplement. Un long soupir quitte ses lèvres tandis que son ami s’assoit à ses côtés, espérant encore lui faire retrouver un peu de joie de vivre. Elle lui sourit tristement, sans y mettre assez de cœur. Elle voudrait pouvoir lui confier le contenu de son âme, libérer son esprit de ce fardeau trop lourd qui l'empêche de trouver le repos. Elle aimerait sincèrement pouvoir tout lui avouer. Dans sa tête résonne toujours cet écho cinglant, la cloche du destin. « C'est très gentil de ta part Caïn. » Elle n'en fera rien. Elle ne peut se décider à mêler un ami si cher à son cœur à toute cette obscurité qui s'étend sous ses pieds. Et, malgré toute la confiance qu'elle peut lui offrir, jamais ne pourra-t-elle prendre un tel risque. Plus que tout, c'est le courroux de Neyrin qu'elle redoute. Elle accepte donc sa main sans rien dire, se relève afin de le suivre jusqu'aux jardins où l'air est bien meilleur. Subtil mélange de fleurs et d'eau claire. Elle respire à pleins poumons, ferme les yeux quelques secondes, s'imprègne de cet environnement nouveau. « Tu avais raison. Il n'y a rien de mieux que l'air pu pour revigorer le corps. » Mais quand est-il de l'esprit ? Le visage résolument triste, même ce changement d'air ne parvient pas à faire sourire la douce Melian. Elle doit à tout prix mettre des mots sur ses malheurs. Elle s'approche de la fontaine, s'assoit tout au bord et laisse ses doigts caresser la surface de l'eau fraîche. « Ne t'en fais pas trop pour moi. Et par pitié, pas un mot à Neyrin. » Comme une prière adressée aux Dieux, elle le regarde avec cet espoir muet que seuls ses yeux trahissent. « Elle n'a pas besoin de savoir. » Jamais. Neyrin ne comprendrait pas. Elle lui affligerait une souffrance supplémentaire et la simple idée de décevoir son aînée, donnait à Melian la nausée.


(c) AMIANTE

_________________

The braids of her dark hair were touched by no frost, her white arms and clear face were flawless and smooth, and the light of stars was in her bright eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sèches tes larmes [PV : Melian]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sèches tes larmes [PV : Melian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les larmes
» Les toilettes sèches ( appelées toilettes à compost)
» petite plaques sèches
» Manne en larmes
» Le Havre - Photographie des petites cales sèches du PAH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE MERMAID GRACE ::  :: Thern-