AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Never too young to discover! [pv Ysaleen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


✧ Date d'inscription : 14/05/2017
✧ Messages : 82
✧ Écus : 40
✧ Localisation : Thern
✧ Ordre des Aigles : Des monstres égocentrique qui sont pret à détruire le monde sous le prétexte de leur salut. Un jour nous leur rendrons leur violence et nous baignerons dans leur sang !


MessageSujet: Never too young to discover! [pv Ysaleen]   Sam 20 Mai - 17:53





   

Eiliss & Ysaleen
“A s'approcher du feu, on se brûle!”
L
es gouttes de pluie glissent sur ma cape, perle à la transparence Hyalin, agrémentant ma tenue des joyaux du temps. Je me suis encore enfuie du palais. Encore, oui, car plus ma vie avance et plus je ressens ce besoin impétueux de fuir ma vie de privilégié pour rencontrer les gens de la ville, vivre avec eux, les écouter, les découvrir. Je sais pourtant que tout cela n’a que peu d’intérêt, que je ne serai jamais la Bann de cette magnifique ville, puisque ce titre est dévolu à mon frère ainé, mais est-ce pour autant une raison d’ignorer le peuple ? Comment gouverner et administrer si on ne sait pas ce qu’ils endurent ? Si l’on reste enfermé dans sa tour de cristal, n’est-on pas simplement déconnecté du monde qui est le nôtre ?
Je sais que mon père ne me comprendrait pas. Pas plus que mes frères et sœurs. Pourtant, j’arrive à me confier à ma tante. Peut-être son statut de bâtarde l’aide à voir le monde avec des yeux différents. À moins qu’elle n’y soit tout simplement obligée. Pourtant, elle n’est pas là ce soir. Elle ne sait rien de ma sortie et cela ne peut en être que mieux. Je suis confrontée seule à cette ville, je la découvre, je m’éduque, je suis une aventurière et je n’ai pas besoin d’un moindre chaperon pour venir à ma rescousse ! Je ne suis pas une pauvre demoiselle en détresse que diable !
Alors je déambule sous la pluie, marchant doucement dans les rues, évitant les flaques d’eau qui, si je viens à chuter pourraient révéler mes écailles. Je les vois déjà, ces humains, accourir de partout, appeler les saigneurs pour prendre mon sang, à moins qu’ils ne se servent directement. La ballade sous la pluie n’est, au final, peut être pas la meilleure des idées que j’ai eue à ce jour, mais qu’importe. Je continue mes pérégrinations, passe non loin de citoyens qui vont et viennent, rentre peut-être chez eux pour se mettre à l’abri de la pluie, quand une chose m’interpelle. Une lumière mordorée, une chaleur réconfortante, qui s’échappe d’une porte à demi ouverte. Curieuse de nature, bien que cela m’attire un jour des ennuis, je m’aventure vers ce lieu, poussant un peu plus la porte, pour écouter la clameur des discussions et des chants. Me voici dans une taverne éclairée à la douce lumière de torches accrochées de ci, de là sur les flancs des murs de chaux. Ici grands et petits se côtoient. Je vois les chevaliers et les pécheurs discuter ensemble comme des frères. Je vois la bière couler à flots, les Ecus s’échanger de mains en mains pour payer nourriture et boisson. Une femme sur une estrade semblant jouer une sorte de pièce qui me fait sourire tant elle joue mal en beuglant au travers de la pièce bruyante

« Que n’aie-je point vécu, que pour vivre cette infamie ?! »

L’ambiance semble bonne enfant, amusante et je m’avance, passant entre les tables, trouvant un coin peu éclairé où je me glisse, gardant ma capuche sur la tête. Une serveuse venant rapidement me demander ce que je veux et…Je ne sais pas ce que je veux ! Alors je regarde un peu autour de moi, je cherche et pose mon regard sur un pichet smaragdin d’où semble couler un liquide couleur d’ambre.

« Je voudrais la même chose que cette table là-bas. Et peut-être quelque chose à grignoter si vous avez ? »

La politesse semble la surprendre, qu’importe. Ce n’est pas parce que je me retrouve avec des rustres que je dois me comporter de la sorte. La commande arrive bien vite et je profite du moment. La boisson à un goût étrange, que je n’apprécie que moyennement et les tranches de viande et de fromage que l’on m’a servi sont un peu rances, mais je m’en accommode. Me nourrissant plus des discussions ambiantes que de d’autre chose.
Du moins, jusqu’à ce que cette bagarre éclate à une table non loin, plusieurs hommes s’empoignant les uns, les autres, se frappant, renversant le mobilier, donnant certains coups à l’aveugle qui ne font qu’ajouter des hommes à la rixe. Et je me retrouve au milieu de tout cela, me demandant pourquoi je suis venu et comment je vais me sortir de cette bagarre généralisée…


           
(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 23/12/2016
✧ Messages : 372
✧ Localisation : Thern
✧ Ordre des Aigles : Des barbares sanguinaires qui mériteraient de tester leurs propres méthodes.


MessageSujet: Re: Never too young to discover! [pv Ysaleen]   Dim 21 Mai - 23:18

Elle poussa un profond soupir. La nouvelle que le jeune garçon d'écurie venait de lui donner était tout sauf bonne. La Ménaïade le remercia avant de se lever promptement, s'emparant de sa longue cape bleue nuit, la faisant voler dans la pièce afin de la positionner correctement sur son dos. Elle ne peut pas son épée, préférant une parité dague qu'elle pouvait fixer à sa ceinture, cachée par le lourd vêtement protecteur. Quand elle estima être prête, elle quitta sa chambre pour descendre les escaliers du château au pas de course. Eiliss n'avait que quelques minutes d'avance, il lui serait aisé de la rattraper.

De tous ses neveux et nièces, elle était celle qui lui posait le plus de problème et qu'elle ne quittait jamais vraiment des yeux. Les envies de liberté de la jeune fille étaient plus contraignantes que prévu... Si la Coldwaters était amusée de ces élans passionnés pour se montrer indépendante, son devoir auprès de son frère aîné et le reste de sa famille faisait d'elle un garde presque attitré à la cadette d'Aerdenn. Quand ses envies d'aventure s'étaient faire savoir, Eiliss avait accepté la présence discrète de sa tante bâtarde qui se contentait de garder un œil sur elle afin de lui éviter plus d'une mésaventure peu à son avantage. Mais depuis quelques temps, la jeune blonde s'amusait à échapper à la vigilance de tous, tâchant de s'éclipser discrètement du château pour partir à l'aventure. Quand elle s'était rendue compte de la chose, plutôt que d'essayer d'enchaîner l'oiseau, Ysaleen avait rencontré ceux qui semblaient souvent invisibles aux nobles et qui, pourtant, étaient capables de les remarquer même quand ceux-ci s'essaient à l'art terrible de la discrétion. Quand une cuisinière, un garde ou un palefrenier venait lui signaler la fuite de sa nièce, elle se mettait alors à la poster de loin pour s'assurer que tout irait bien pour elle. Jusque là, aucun incident n'avait été à signaler et la jeune femme n'avait alors pas dévoilé ce secret à sa nièce.

Rejoignant la cour, elle suivit le chemin emprunté par la jeune fille quelques temps auparavant. La pluie venait doucement caresser son visage et, intérieurement, elle ne put que songer au mauvais présage qu'une telle cascade d'eau pouvait annoncer pour les sirènes d'eau douce. Elle prit le pas de course, cherchant à réduire l'espace entre elle et la jeune fille qui la devançait. Quand, enfin, elle la repéra au loin, Ysaleen ralentit la cadence, se contentant de veiller sur elle de loin et se tenant prête à intervenir.

Finalement, Eiliss entra dans ce qui s'apparentait à une taverne. La jeune femme s'arrêta alors devant cette dernière, hésitant un instant. Si elle entrait et que sa nièce la voyait, d'une manière ou d'une autre, elle allait devoir se justifier auprès d'elle de cette présence trop exceptionnelle pour passer pour une coïncidence. Alors, la tante fit le choix de rester à l'extérieur, attendant en face du bâtiment la sortie de la jeune fille, protégée de la pluie par une pente de tout plus large que prévue. Elle essaya d'apercevoir sa nièce à travers les fenêtre mais la pluie rendait les choses impossible à distinguer et elle dut se contenter de soupirer, croisant les bras contre sa poitrine et attendant le plus patiemment possible la sortie de la jeune blonde.

Elle ne sut pas combien de temps exactement se passa tandis qu'elle attendait là, sous la pluie. L'idée d'entrer dans la taverne se faisait chaque minute plus grande quand elle songeait à la chaleur ambiante qui devait y régner, mais elle ne céda pas à ses propres envies, s'en tenant à son plan initial. Cependant, quand l'ambiance sembla s'échauffer, les sourcils de la jeune femme se froncèrent et elle se redressa, quittant le mur sur lequel elle s'était appuyée. Elle écoute, analysa et quand enfin, elle comprit ce qu'il se passait, elle réprima un juron et s'élança. Une bagarre avait débuté, donnant un prétexte à tous les rustres présents pour entrer dans cette danse violente et peu maîtrisée. Elle ouvrit la porte en évitant une pinte vide qui acheva sa course en se brisant contre le mur. Ses sens en éveil, elle esquiva les divers coups qui auraient pu la frapper en cherchant de ses yeux azurés sa nièce. Quand elle la localisa, elle se fraya un passage parmi les bougres qui se frappaient sans réelle force, ivrognes qu'ils pouvaient être, et se planta devant Eiliss, l'attrapant d'une main ferme à l'épaule. « Ça va? Tu n'as rien? » Quand la jeune fille lui fit comprendre que non, elle s'imposa avec autorité. « Suis-moi. Quoiqu'il arrive, ne lâche pas ma main sauf si je te l'ordonne. » Elle empoigna la main de la blondinette, l'entraînant à sa suite. Rapidement, elle repéra une voie qui lui semblait moins susceptible d'être dangereuse et elles n'y engagea, faisant une pause quand la bagarre se plaçait devant elles, reprenant leur route des qu'elles le pouvaient. Les yeux de l'épée lige se promenaient sur toute la pièce. Pourtant, elle ne vit pas arriver la lourde main contre sa joue, lui fendant la lèvre et l'assommant à moitié, ne lui faisant pourtant pas perdre l'équilibre. Le regard enragé, elle tira sa nièce en avant, la faisant avancer vers la porte. « Sors! Maintenant! » Elle n'eut pas le temps de vérifier l'obéissance de l'enfant qu'elle esquivait un nouveau coup en se baissant vivement. Puis, elle riposta, fermant ses poings, elle frappa ce sale bougre au visage avant de porter un coup de genou dans les parties qu'il pouvait avoir de plus précieuses. Il se laissa alors tomber à genoux et Ysaleen prit la poudre d'escampette.

Une fois dehors, elle se saisit de sa nièce par les épaules, scrutant son visage avec inquiétude « Tu n'as rien? Ils t'ont fait du mal? ... On ferait mieux de ne pas rester là. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 14/05/2017
✧ Messages : 82
✧ Écus : 40
✧ Localisation : Thern
✧ Ordre des Aigles : Des monstres égocentrique qui sont pret à détruire le monde sous le prétexte de leur salut. Un jour nous leur rendrons leur violence et nous baignerons dans leur sang !


MessageSujet: Re: Never too young to discover! [pv Ysaleen]   Mar 23 Mai - 15:20





   

Eiliss & Ysaleen
“A s'approcher du feu, on se brûle!”
U
ne bataille, des corps qui se heurtent, se raflent, des hommes qui frappent la chair de leur poing faisant éclater des gouttelettes couleur rubis, tel des joyaux virevoltants dans les airs, la joie et la camaraderie totalement disparus, la taverne se transformant en un champ de guerre, les chevaliers se battant à main nue contre les pécheurs, les serveuses arrachant les cheveux des filles de plaisirs pour des raisons qui me restent incompréhensibles, le mobilier qui vole et éclate, les torches qui chutent des murs et s'écrasent sur la chair provoquante douleurs et brûlures aux combattants des bas-fonds. Et moi. Moi la fille du bann, cachée sous sa cape, observant tout cela depuis un coin reclue de la taverne, une fourchette à la main, prête à la planter dans le premier qui tentera de m'approcher de trop prêt. J'avoue regretter quelque peu de ne pas avoir plus insisté auprès de mon père pour obtenir des cours de défense. Je suis une lady et la fille du Bann, m'avait-il dit, je n'ai pas besoin de savoir me défendre, d'autres me défendront. Oui, mais si dans un cas comme celui-ci...? Ah oui, je ne suis à la base pas censée être seule. Mais on s'en fous ! Moi, j'aime me balader seule et je peux vous promettre sur l'honneur des Greywaters qu'en rentrant, je choper un des hommes de mon père et j'en fais mon coach personnel. À moins que je ne demande à Ysaleen... Mais je ne suis pas sûr que cela passe très bien en fait, car je devrais lui expliquer pourquoi ce désir soudain et comment je me suis enfuie du château dans son accord et sans sa présence qui plus est. Bon... Un homme de mon père fera l'affaire donc. Je garde donc ma fourchette à portée, j'observe le combat de loin, j'attends une accalmie pour m'enfuir de ce lieu qui était pourtant si intéressant auparavant, j'entends le bruit des écus qui claquent et roule sur le sol. Je détourne le regard d'une femme dont la robe vient d'être arrachée dévoilant sa blanche poitrine. Quelle impudeur ! Quelle goujaterie ! Je dois fuir avant que cela ne tourne au viol collectif et qu'ils tentent d'attraper toutes les femmes de la taverne. Je me décide donc. Une bonne inspiration, je suis prête à courir et... On m'attrape ! Une personne encapuchonnée me saisit par l'épaule et je hurle en lui plantant sans même réfléchir ma fourchette dans sa main...Ce que je regrette aussitôt puisque je me rend compte qu'il s'agit de tante Ysaleen... Je ne sais pas pourquoi... Mais je sens comme une punition de l'extrême suite à ma petite promenade et ce coup de fourchette... Je pense que je devrais m'en inquiéter plus tard. Pour l'instant, je la rassure.

" Tout va bien, mais il faut partir ! Ils ont arraché la robe d'une des serveuses ! C'est d'une outrecuidance..."

Oui, je n'ai pas peur du sang, des combats et autres choses du genre, mais la pudeur... C'est une des primautés pour moi ! Peut-être une éducation de bonne petite jeune fille qui ne montre pas même ses chevilles et ne se baigne qu'avec les membres féminins de sa famille pour ne pas dévoiler trop de son corps ? Qu'importe ! La question n'est pas là pour l'instant, il faut que l'on sorte de ce lieu de débauche et de guerre ! Alors je saisis la main de ma tante et la suis entre les corps et les tables tournant, m'abaissant, m'arrêtant parfois, jusqu'à ce qu'elle m'amène à la porte de ce lieu et m'ordonne de sortir. Je m'exécute bien sûr, rejoignant la rue ou la nuit à jeté son voile ou la pluie continue de tomber lentement. Je cours vers le bâtiment en face me cachant sous l'avancée d'un toit, attendant que ma tante me suive, me demandant si j'allais bien, me proposant d'aller ailleurs et je ne peux bien sur qu'hocher la tête

"Tout va bien, ne t'inquiète pas ! Tu devrais rentrer, te faire, soigner, je te rejoins plus tard"

Je lui souris doucement posant une main sur son épaule avec douceur déjà prête à repartir à l'aventure, découvrir de nouvelles choses sur ma ville et ses citoyens.


           
(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 23/12/2016
✧ Messages : 372
✧ Localisation : Thern
✧ Ordre des Aigles : Des barbares sanguinaires qui mériteraient de tester leurs propres méthodes.


MessageSujet: Re: Never too young to discover! [pv Ysaleen]   Ven 26 Mai - 22:19

Ysaleen n’avait pas immédiatement remarqué que sa nièce lui avait planté une fourchette dans la main, observant le geste sans réellement le comprendre. La douleur piquante se fit sentir en même temps que le sang jaillit des quelques petits trous qu’elle lui avait creusé dans la peau. Et pourtant, la tante n’y prêta pas attention un seul instant, s’assurant plutôt de la bonne santé d’Eiliss. Quand elle lui répondit en mentionnant une scène qui frôlait l’exhibitionnisme, Ysaleen aurait pu éclater de rire si la situation n’était pas si urgente. Au lieu de quoi, elle empoigna sa nièce et se fraya un chemin dans le foutoir ambiant pour finalement atteindre la sortie.

L’air frais de la nuit lui fit le plus grand bien et elle referma la porte de la taverne, échappant de peu à une choppe qui s’écrasa contre le bois de la porte. Elle passa un doigt sur sa lèvre, découvrant ainsi le sang qui glissait doucement de cette dernière. De sa langue, elle vint s’essuyer, le gout du liquide pourpre et ferreux se glissant dans sa bouche. D’un regard, elle repéra Eiliss là où elle s’était tenue, elle-même, avant que tout ce vacarme ne débute. Elle s’empressa de la rejoindre, la saisissant de nouveau pour constater d’elle-même qu’il n’y avait pas une égratignure sur le beau visage de sa nièce. La sentence qu’Aerdenn lui aurait réservé dans le cas contraire aurait été digne du pire criminel de ce royaume, elle en était certaine. Mais Eiliss lui assura qu’elle n’avait rien. Cependant, la suite, la tante ne l’aurait pas vue venir à des dizaines de mètres à la ronde.

Elle cilla, ne comprenant pas immédiatement ce que lui disait la jeune fille. Puis, quand elle percuta enfin ce qu’elle venait de lui dire, la Ménaïade plaqua sa nièce contre le mur, la maîtrisant sans grande difficulté. « Le seul endroit où tu vas te rendre dès à présent, c’est dans ta chambre, jeune fille. Te rends-tu compte de ton inconscience ? De ce qui aurait pu t’arriver si je n’avais pas été là ? Ton père ne t’a donc pas enseigné la notion de gratitude ? » Elle lui adressa un regard mauvais avant de placer la main que la jeune enfant lui avait abimé dans la panique. La seule chose positive qu’Ysaleen retiendrait ce soir, c’est bien le fait qu’elle n’était pas restée paralysée mais qu’elle avait bien essayé de se défendre, bien qu’elle n’avait certainement aucune notion en la matière. Elle soupira avant de la relâcher. « On rentre, maintenant. Et si tu me sors je ne sais quelle excuse pour mieux pouvoir vivre d’aventures folles dans cette ville, sache que le prochain qui viendra te chercher, ce sera ton père que j’aurais fraîchement réveillé d’une nuit certainement paisible pour mieux pouvoir te rattraper. » Si d’habitude, évoquer devant ses neveux et nièces ce qu’elle pourrait dire à leur père n’était qu’une menace, cette fois-ci, elle était on ne peut plus sérieuse. D’un geste de la main, elle invita Eiliss à la précéder sur le chemin du retour.

« Mais enfin, qu’est-ce qui t’as pris de te rendre ici ? Seule, de surcroît ! On avait une entente, il me semble. Tu peux sortir du château, oui, mais toujours accompagnée, que ce soit par moi ou des hommes de la maison Greywaters ! Par Menuin, tu cherches à te faire tuer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 14/05/2017
✧ Messages : 82
✧ Écus : 40
✧ Localisation : Thern
✧ Ordre des Aigles : Des monstres égocentrique qui sont pret à détruire le monde sous le prétexte de leur salut. Un jour nous leur rendrons leur violence et nous baignerons dans leur sang !


MessageSujet: Re: Never too young to discover! [pv Ysaleen]   Sam 27 Mai - 17:34





   

Eiliss & Ysaleen
“A s'approcher du feu, on se brûle!”
J
e ne comprenais pas vraiment le pourquoi de ces regards et de ces remontrances que m’offrait ma tante en cet instant. Je ne lui avais jamais demandé de venir à mon secours ou de me suivre comme un chien de garde. Quant à ce lieu en lequel j’étais, certes, les choses ont un peu dégénéré, mais cela n’empêche que je susse parfaitement me défendre et que j’aurais donc pu m’en sortir sans l’aide de quiconque. Mauvaise foi ? Absolument, mais quid de ma liberté et de mon indépendance ? Certes, ce sont des mots que l’on entend que peu dans la bouche d’une jeune femme, pourtant, j’y tiens. Ainsi lorsque je propose à ma tante de rentrer, se faire, soigner, après m’être toute de même saignée d’une excuse pour la blessure que je lui ai causée, je me prends une pique digne de ma mère ou de mon père qui me fait rouler des yeux. Bien sûr, ma tante voulait la jouer par la force. Épée lige de mon père, elle fait ce qu’il lui commande, bien que je doute qu’il soit au courant de mes escapades et de la couverture que m’offre ma tante. Mais face à ses remontrances, mon sang ne fait qu’un tour et je la repousse, trouvant son contact trop pressant.

« Mon père m’a parfaitement enseigné la notion de gratitude, mais ce n’est pas la première fois que je sors sans toi, ni la première où je dois faire face à des situations où je dois me débrouiller seule ! »

J’inspire profondément, cherchant à trouver mon calme. Une dame du monde ne s’énerve pas, elle doit rester maitresse de ses émotions et je dois donc faire de mon mieux pour suivre ce principe que l’on m’a éduqué.

« Ma tante, je suis parfaitement conscience que tu m’as aidé et je t’en remercie. Néanmoins, je n’ai aucune intention de rentrer au château pour l’instant ! Tu ne sais pas ce que c’est toi d’être toujours enfermée, surveillée, dictée ! C’est mon moment de liberté et je veux en profiter avant de devenir complétement folle avec ces fleurs à broder et ces cours de danse à la noix ! »

Bien entendu, avec une tête de mule comme ma tante, c’était peine perdue ! Elle n’a peut être pas notre nom, mais par Menuïn, c’est une Greywaters pure ! Bon, vous me direz en mon esprit, ma tante est ma tante ! Pas une bâtarde comme certains pourraient le penser, mais tout de même, son statut lui a évité les bals, l’étiquette, apprendre à marcher en serrant les cuisses, à petit pas pour ne pas paraitre vulgaire, les révérences, la politique, l’histoire, la broderie, la couture… Rien que d’y penser cela m’agace ! Cette éducation de princesse en devenir… Mais voilà que ma tante cherche à m’effrayer en citant le nom de mon père, ce qui me fait grimacer quelque peu, mais tout de même

« Pour que je lui explique que je sors en douce depuis je ne sais plus combien de temps sous ta surveillance, sans qu’il le sache ? J’y perdrais, mais toi aussi ! Pourquoi ne pas juste profiter de la soirée ma tante ? La pluie est en train de s’atténuer, tu ne sens pas cette odeur de terre et de pierre ? Tu n’entends pas la musique de l’eau qui glisse et coule sur les toits et les pavés ? Allons-nous promener ! Je suis sûr qu’il y a une petite auberge avec des chants et des poésies quelque part dans cette ville »

Oui, j’avais envie de cela. Des chants, de la danse, des poésies, du théâtre improvisé. Découvrir les amusements du bas peuple comme on pourrait les nommer. Mais la main de Coldwaters l’invita à avancer et elle grommelle de plus belle, comme une enfant faisant un caprice, se mettant à avancer quasiment à reculons. Cherchant à répondre à sa tante qui l’agace de plus en plus.

« C’est juste une taverne qui était fort agréable ! Et je peux sortir seule ! Je ne suis pas un de ces satané oiseaux que l’on garde en cage ou un animal que l’on doit promener en laisse ! Tu as déjà vu les regards des villageois lorsque je sors avec les hommes de mon père ? Ils me voient comme une greywaters et non comme une fille ! J’en ai assez d’être classé comme une noble, je veux vivre comme tout le monde et laisse Menuïn hors de cette histoire ! »

J’étais clairement agacée par le comportement de ma tante, alors autant vous dire que lorsqu’une femme vint à jeter son sceau de latrines par la fenêtre juste sur la tête de ma tante, j’y vis un signe et me mis à courir en m’esclaffant de la voir ainsi couverte d’urine et d’excrément

« C’est menuïn qui te punit d’être méchante avec ta nièce ! »



           
(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs:gifs hunt herbologist healer

         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 23/12/2016
✧ Messages : 372
✧ Localisation : Thern
✧ Ordre des Aigles : Des barbares sanguinaires qui mériteraient de tester leurs propres méthodes.


MessageSujet: Re: Never too young to discover! [pv Ysaleen]   Jeu 1 Juin - 23:17

Cette gamine méritait une gifle. Pour sûr. La main d’Ysaleen la démangea et pourtant, elle se devait de retenir son geste. Que dirait Aerdenn s’il apprenait qu’elle avait porté la main sur sa cadette ? Elle aurait rompu son serment d’une certaine manière et elle se contenta de serrer les dents tandis que l’ingrate enfant poursuivait ses paroles en la méprisant, tout simplement. La jeune femme était plus qu’au courant qu’il ne s’agissait là pas de la première fois qu’elle s’échappait en douce des murs d’enceinte de la citadelle des érudits puisqu’elle avait toujours pris soin de suivre la jeune enfant durant ses explorations qu’elle pensait solitaire. Jusque-là, aucun incident n’avait été à déplorer et c’était la raison pour laquelle elle n’avait pas abordé ce sujet avec Eiliss. Mais là, les circonstances étaient différentes.

Quand Eiliss en vint à lui jeter à la figure qu’elle n’avait aucune idée de ce que ça pouvait être que de vivre dans une prison dorée, la tante retint un grognement sourd. C’était bien des instants de sa vie qu’elle ne racontait jamais mais si, elle avait vécu ce genre de situation bien que les raisons eussent été différentes. Jadis, il fallait dissimuler la jeune bâtarde des yeux du monde et c’était pour cette raison que son père, le seigneur Aeylon l’avait fait enfermer dans la grande bibliothèque de Thern, ne lui offrant l’opportunité e sortir que très rarement ou bien lors d’instants volés, à l’image d’Eiliss. Encore une fois, la nièce et sa tante se ressemblaient plus qu’elles ne pouvaient l’imaginer. Alors oui, elle comprenait mieux que personne les terribles élans passionnés de la jeune enfant pour cette liberté qu’elle chérissait mieux que personne. Mais elle ne pouvait lui accorder cela, pas après ce qu’il venait de se produire dans cette taverne. Sa sécurité avait été compromise et c’était bien suffisant pour une soirée, inutile de tenter les Dieux.

Elle poussa un soupir, essayant de se montrer implacable dans son regard tandis que la jeune blonde venait à lui faire entendre que rapporter les faits au seigneur de Thern les mettrait toutes deux dans une posture désagréable. Oui, Ysaleen avait également à perdre dans ce genre de situation et notamment une part de la confiance que mettait Aerdenn en elle. Mais finalement, il ne ferait que comprendre que la discrétion de sa cadette n’était présente que dans le but de laisser à Eiliss l’illusion de cette liberté à laquelle elle tenait tant. Alors, finalement, qui avait le plus à perdre, dans l’histoire ? La jeune fille essaya encore de rentrer dans une phase de marchandage, tachent de faire comprendre à sa tante qu’elles avaient tout intérêt à profiter de la soirée. Quand elle parla de l’eau et de la pluie, la jeune femme grogna. « C’est justement toute cette eau qui m’inquiète… » Finalement, se faire agresser dans une taverne n’était rien à côté d’une transformation publique qui conduirait certainement à une saignée sans précédent si une personne un tant soit peu mal avisée se trouvait dans le coin.

La gamine prétendait être lasse de tous ces chants de cette danse et de la broderie à laquelle elle semblait forcée et aspirait à trouver une taverne avec des poètes et des musiciens… Une véritable girouette n’aurait su se montrer aussi contradictoire. Elle allait répliquer à la dernière tirade de la jeune enfant quand le ciel lui tomba sur la tête. Ou plutôt, ce fut ce qu’elle pensa. Fort heureusement pour elle, elle portait encore sa capuche et le liquide ne lui tomba pas directement sur la tête. La surprise fut totale alors que l’adolescente riait déjà aux éclats, n’hésitant pas à lui adresser une nouvelle pique pleine de mépris avant de prendre la fuite. Quand elle prit conscience de la situation, Ysaleen ôta sa cape avec rapidité, la jetant au sol. La peur l’avait figée un instant durant lequel elle avait bien cru qu’elle allait se dévoiler, là, au milieu de la rue sous sa vraie nature. Elle laissa Eiliss filer, reprenant sa respiration en s’appuyant contre le mur. Puis, la colère l’envahit autant que l’agacement et ce fut dans cet état d’esprit qu’elle ouvrit la porte de la maison à côté de laquelle elle se trouvait sous un cri de surprise de la femme qui venait de redescendre de l’étage. Elle râla, l’autre s’excusa, lui amenant un seau d’eau pour qu’elle puisse se rincer. Puis, d’un œil, elle avisa l’arc qui était posé contre le mur et s’en saisit. « N’ayez crainte, je vous le ramènerai demain au plus tard. » Elle prit trois flèches et sortit, prenant le pas de course. Eiliss n’avait pu aller bien loin et il était temps qu’elle comprenne pour de bon qu’elle ne plaisantait pas avec sa sécurité.

Quand elle l’aperçut au loin, elle prit une rue parallèle, poursuivant sa course pour doubler la jeune fille et finit par l’attendre dans une rue perpendiculaire. Elle savait où se trouvaient les tavernes et les activités nocturnes de la ville et il n’y avait pas d’autre issue possible pour s’y rendre. Alors, elle banda l’arc qu’elle avait armé d’une flèche et attendit. La jeune fille longeait le mur et, lâchant son coup, Ysaleen la cloua au mur d’une flèche fichée entre ses jambes, attrapant tant le tissu de la cape que de la robe. Elle sortit alors de la pénombre, préparant une seconde flèche au cas où l’ingrate enfant ne fasse mine de s’enfuir. « Menuin ne punit pas ses enfants les plus fidèles, Eiliss. Juste ceux qui ne respectent pas les règles qu’on leur dicte. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Never too young to discover! [pv Ysaleen]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Never too young to discover! [pv Ysaleen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE MERMAID GRACE ::  :: Thern-