AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eiliss ♦ My cage have many room, damask and dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


✧ Date d'inscription : 14/05/2017
✧ Messages : 82
✧ Écus : 40
✧ Localisation : Thern
✧ Ordre des Aigles : Des monstres égocentrique qui sont pret à détruire le monde sous le prétexte de leur salut. Un jour nous leur rendrons leur violence et nous baignerons dans leur sang !


MessageSujet: Eiliss ♦ My cage have many room, damask and dark   Dim 14 Mai - 19:53

“ Eiliss Greywaters ”

Une petite citation ici et là
I. Introduction

NOM : Greywaters PRÉNOM : Eiliss NAISSANCE chateau de Thern, 15 Novembre RACE : sirène TITRE OU PROFESSION :Bann STATUT MATRIMONIAL : Célibataire. FAMILLE : Greywaters LIEU DE RÉSIDENCE : Chateau de Thern ALLÉGEANCE : famille Ravenstone GROUPE : Ménuin



II. LE CHANT DES SIRÈNES


♦Eilis, un nom qui incarne la majesté, l’émotivité et l’intelligence des relations sociales. Pour ce qui est de la majesté, disons que mon port de tête et mon endurance morale face aux revers du sort sont de premier ordre, et qu’à propos d’ordre, je possède au demeurant l’art spontané du commandement. L’émotivité est souvent envahissante, excessive et difficilement contrôlable constitue, mon point faible, qu’une volonté puissante et méthodique m’aide heureusement à surmonter. Très intériorisée, je cultive en secret cette maîtrise de soi sans laquelle l’être humain s’égarerait volontiers ; au fond, j’ai plutôt confiance en ma bonne étoile, mais je sais ne pas faire étalage, et affecter la modestie et l’humilité. 

♦Je dois à mon intelligence un sens aigu de l’analyse, et à mon intuition un flair à toute épreuve. Curiosité, notamment dans le domaine artistique, dynamisme conquérant et séduction font partie de mes atouts sur le plan social, où j’excelle. Je suis après tout la cadette de la famille la plus érudite en ce monde et je me dois de faire honneur à mon père et à ma famille dans les plus grandes lignes.

♦Menaïade, un terme des plus sympathique pour signifier que je suis une fille des eaux. Nymphe, nayade, qu'importe le nom que l'on peu donner aux personnes de ma condition, je suis une sirène des eaux douce depuis ma naissance. J'ai le souvenir des bains en compagnie de ma mère et de ma sœur alors que je n'avais que quelques années, de l'enseignement de ce secret qu'était notre condition, notre nature. Aujourd'hui encore, j'aime a aller me plonger dans les eaux douce du lac Ardlos. Mes écailles sont d'un beau cuivre tirant quelque peu sur le rose sous les rayons du soleil.

♦Une pure Lady. Voici l'éducation que j'ai reçue d'un père pour qui l'honneur et la dignité sont les maîtres-mots. Être une lady implique bien des choses. Maintiens, élégance, raffinement. Comment parler, se tenir, sourire, coudre, tisser, jouer de la musique et malgré tout s'instruire. Ni trop peu, ni trop assez, pour ne pas faire d'ombre à celui qui devra un jour devenir mon époux. J'ai parfois l'impression d'être enfermée dans ce monde, telle une poupée que l'on manipule, tel un oiseau dont la cage invisible se rappelle trop souvent à lui. Je n'ai pourtant pas à me plaindre d'être née fille du Bann Greywaters, mais un grand pouvoir entraîne de grandes responsabilités et je dois assumer mon rôle comme il se doit.

♦Aventurière, voici un terme qui pourrait me définir et bien que j'en sois fière, je cache soigneusement ce penchant à mon père le seigneur de la ville. Pourquoi ? Simplement, car cela n'entre pas dans ses principes d'éducation, d'honneur, d'élévation de notre famille et de notre race. Alors je souris. Je joue les enfants stupides, les demoiselles qui ne sont rien de plus que ces jeunes filles qui jouent de la harpe et brodent des mouchoirs dans leurs chambres sous le regard bienveillant de leurs chaperons. Mais la vérité est que mon chaperon s'endort bien vite avec un peu de musique. Ou avec une bonne tasse de thé en laquelle je laisse quelques pincées de poudre du sommeil. Et puis ma vie, la vraie, reprend. Je quitte mes vêtements de soie et de brocart, enfile quelque chose de simple, une longue cape qui dissimule mon visage et je vais parcourir ma ville, découvrir les rues et les habitants, la verdure et les fleurs qui glissent des murs et du ciel pour agrémenter notre cité d'eau de leurs beautés, les senteurs et les bruits de la vie, la vie hors des murs du château, la vie telle quelle est, et non-tel qu'on tente de me faire croire qu'elle est, moi qui suis, une privilégiée.

♦Quoi que l'on puisse penser de mon éducation, j'ai toujours tout fait pour ne pas me montrer moins utile qu'un homme, je voulais en savoir toujours plus et la bibliothèque de ma famille ou plutôt du pays m'est plus qu'utile. À quinze ans, je savais converser en six langues différentes, connaissait tout de la rhétorique, des mathématiques, la musique, la philosophie, la poésie. Bien sûr, je n'en disais que peu. Je souriais bien souvent, tel une idiote, préférait jouer les jeunes filles innocente et peu amène des histoires de ce monde, tandis qu'à l'ombre des yeux et des oreilles, je m'éduquais, prête à défendre ma famille, ma lignée, peut être même les aider à prendre le trône des Ravenstone s'il le fallait, du moins, tant que cela n'implique pas un mariage.

♦Inceste, un mot qui fait peur et qui surprend, mais qu'importe. Mon frère et moi avons une relation pour le moins... Fusionnel. Toujours à se chercher l'un l'autre, à se protéger l'un, l'autre, certaines commères ont le plaisir de dire que les enfants Greywaters pratiquent l'inceste. C'est bien évidemment un mensonge qui nous fait pourtant bien rire. Nous ne nous sommes lui et moi jamais vu de la sorte. Néanmoins, il est vrai que cela serait plus que contraignant d'avoir des conjoints que nous n'apprécierions pas l'un l'autre. En parlant de cela, Cylian est fiancé à une princesse des mers... J'espère qu'elle apprendre vite qu'il est mon frère avant d'être son époux, car la jalousie pourrait me pousser à faire... Quelques bêtises.

♦ Éprise de liberté, je ne me vois pas mariée à un inconnu pour la simple raison que mon père le pense apte à mon bonheur ou profitable pour une alliance. Je suis une femme qui se mariera, car elle l'aura choisi et si je ne le choisis pas, je finirai ma vie en vieille fille. Je ne vois pas en quoi cela pourrait ennuyer mon père, il autorise bien ma tante à ne pas se marier !

♦ Fille à papa. Un autre qui pourrait me décrire. Je suis la dernière de la famille. La petite à protéger, le trésor de mon père et je le sais. J'en joue parfois, même s'il est distant, froid, pétri d'honneur, je sais qu'il y a un cœur qui bat sous cette poitrine et que je peux parfois en jouer pour de petits caprices. Bien sûr, il y a une limite, mais cela ne m'empêche pas de les tester parfois... Après on ne sait jamais, l'âge aidant, il s'assouplit peut-être ?

♦ Romantique au possible, il m'arrive de lire des livres à l'eau de rose que je vole à ma gouvernante ou autres femmes du palais. On ne trouve pas ce genre de littérature dans la grande bibliothèque et ce sont peut-être eux qui ont forgé mon caractère et mon envie de ne me marier que par amour ou pas du tout ?



III. SOUS L’OCÉAN

PSEUDO : LykathPRÉNOM : Léo ÂGE : 28 ans. FRÉQUENCE DE CONNEXION : 7/7 COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? : Bazzart VOTRE AVIS SUR CE DERNIER : Tres sympathique, interessant, original, superbe, que dire de plus...? PERSONNAGE : Inventé AVATAR : Holliday Grainger CREDITS : Moonsun DERNIER MOT ? : Wish I could be part of your world ?

Pour aider le staff :
Code:
<c>Holliday Grainger</c> - Eiliss Greywaters

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 14/05/2017
✧ Messages : 82
✧ Écus : 40
✧ Localisation : Thern
✧ Ordre des Aigles : Des monstres égocentrique qui sont pret à détruire le monde sous le prétexte de leur salut. Un jour nous leur rendrons leur violence et nous baignerons dans leur sang !


MessageSujet: Re: Eiliss ♦ My cage have many room, damask and dark   Dim 14 Mai - 20:03

“ Il était une fois... ”

Une petite citation ici et là

Histoire ou test rp



SUJET 1 - Votre personnage est sur la place du marché de sa ville, il voit au loin une foule. Sur l'estrade deux hommes encapuchonnés de soieries bleues montrent à la foule en délire une créature aquatique étrange enfermée dans un énorme cercueil de verre rempli d'eau. Ils vantent son sang comme ayant des vertus thérapeutiques. Que faites-vous ?

Quelques pas dans la rue. Un peu d'air frais qui emplit mes poumons et me permet de me dire que je suis en vie. C'est peu, mais c'est suffisant lorsque l'on a cette impression constante de vivre dans une cage faite d'or et d'argent. Je suis la fille du Bann, ce qui en soi doit me prémunir de toute misère sociale et existentielle. Je suis née dans ce monde avec la chance d'avoir une famille puissante et riche qui a su pourvoir à mon éducation, à ma santé, à mon avenir. Pourtant, tout ce que je vois sont les contraintes des dames de la cour. Je vois cette interdiction de courir, car les jeunes filles bien élevées marchent avec déférence. La musique qui est un art qu'une demoiselle doit savoir maîtriser pour divertir ses hôtes, la lecture, la calligraphie, l'art floral, la couture, le dessin, la diction, le maintiens, la danse. Autant de barreaux qui strient mon horizon. Je suis la fille d'un Bann, je vous l'ai dit. Je devrais me sentir reconnaissante de tout cela. Combien de jeunes filles travaillant depuis leur plus jeune âge rêveraient de vivre ma vie ? Pourtant, je me prends à vouloir vivre la leur. 

Du haut du château de Thern, là ou le bruit des cascades gargouille et chante comme un million d'oiseaux reprenant une mélodie doucereuse et apaisante, la jeune fille captive observe le boulanger et son pain, cherchant à en sentir les effluves, la mère qui traîne sa fille à l'école, la laitière qui tire sa charrette de pots de laits. J'aimerais vivre parmi eux. Goûter aux joies simples de la vie terrestre, ne serait-ce qu'une journée être simplement, Eiliss et non plus Lady Eiliss Greywaters quatrième enfant du Bann Aerdenn Greywaters. Je vis dans une ombre bien trop grande pour moi. Une ombre que je ne peux supplanter tant elle est immense et que vous dire de ma mère ? Cette femme aussi douce que forte. Aussi parfaite à mes yeux que le plus éclatant des cristaux ? Elle est pour moi un modèle, un modèle que je ne saurai jamais atteindre. Je ne suis que la cadette de cette famille, une demoiselle à qui l'on passe certains caprices, que l'on surprotège un peu trop parfois, mais je ne suis plus une enfant. Mon frère et ma sœur sont fiancés ou mariés et ils n'ont que quelques années de plus que moi. Je ne dis pas vouloir suivre leur trace, mais être traitée comme eux, en tant qu'adulte. 

Mais ce jour ne vient pas. Ce jour n'est qu'un rêve, un mirage lointain, un reflet sur les eaux majestueuses du lac et je me dois de me créer ma propre vie, ma propre opportunité. En des moments comme ceux-ci, je m'arrange pour offrir à ma vieille nourrice une tasse d'un thé aux graines de pavot. Elle s'endort très rapidement pour le plus souvent, et le champ libre, je change. J'enfile une robe que j'ai achetée à l'une des domestiques, je me coiffe sommairement, retire mes bijoux et utilise les passages étroits des servants, les couloirs cachés, les sorties qui débouchent par les petites ruelles et qui pourraient permettre à ma famille de fuir un potentiel danger. Cela me fait assez rire en soit. Le plus simple serait de plonger dans le lac et de nager, simplement au travers de celui ci, disparaître dans les profondeurs, emprunter l'un de ces tunnels souterrains qui abreuve le lac en eaux et déboucher, on ne sait où. Mais cela serait sûrement une traîtrise aux yeux de mon père qui fait tout pour nous maintenir dans le bon chemin de l'humanité. Une guerre de pouvoir que je ne comprend pas. Mais que j'accepte.
Ainsi sortie du palais, encapuchonné, je déambule dans les rues à petits pas. Je me gorge des bruits alentours. Les cris des enfants, les discussions, les animaux, l'eau tout simplement, la musique sommaire et pourtant joyeuse qui se laisse entendre depuis les portes entrouvertes de taverne. Et puis il y a les odeurs. Poisson pour beaucoup, mais viande également, plante, parfums, laine, vin, épices, huiles. Le marché de Thern recèle de tout cela et bien plus encore, nous la cité du lac avons cette chance d'avoir un monde à nos pieds et un marché flottant amenant tout ce que l'on ne peut trouver dans nos belles contrées. Déambulant de ci, de là au grès de mes pensées dans les allées, je me laisse aller à quelques caprices. Un gâteau dont l'odeur me rappelle celle des fruits des bois que j'aime manger parfois, un peigne en forme de fleur que je trouve magnifique et puis, il y a ce bruit. Cette rumeur qui enfle encore et encore dans les rues alors que je vois la foule s'amonceler vers une seule et même destination.
En les voyants, l'on penserait à un banc de poissons suivant le courant, ne sachant pas qu'au bout de ce chemin les attendent prédateurs divers et hommes prêt à les dévorer, et pourtant... Et pourtant, tout comme eux, je les suis. Curieuse de nature, insouciante, jusqu'à cette place ou une estrade de bois laisse présenter ces deux hommes à l'allure inquiétante et sale, aux capes d'un bleu puissant qui me met déjà mal à l'aise, brandissant des fioles de verres emplies d'un liquide couleur de grenat. Du vin ? Une nouvelle mixture magique ? Quelque chose qui soignera tout ? Fera repousser les cheveux des chauves ? Gonfler le ventre des femmes stérile ? Je me pose la question, curiosité malsaine, moquerie avérée, moi qui me pense si supérieure avec cette bibliothèque immense qui a fait mon éducation. Comme si je pouvais tout savoir du monde par ces livres.
Et puis je le remarque, ce linge immense cachant quelque chose. Une étagère ? Une cage ? La curiosité me reprend, la curiosité me perdra. Et alors que les marchands argumentent leur produit, ils dévoilent cette surprise qui me laisse sans voix.
Petite fille, j'ai le souvenir d'être monté sur une échelle pour atteindre une rangée de livres que je n'aurais pas su atteindre autrement. Je sais qu'il aurait mieux valu que j'attende un adulte pour m'aider, mais ma curiosité était trop forte, mon impatience trop puissante et je me suis retrouvé à perdre l'équilibre, chutant sur le dos, chassant tout l'air de mes poumons. Je me souviens ne pas avoir crié, ou pleuré, trop choquée par cette chute. J'étais restée là, inspirant, expirant, ma poitrine et mon dos me lancinant amèrement.
Je ressens cette même souffrance en l'instant, alors qu'une créature à l'air malingre flotte, tel un poisson domestique dans ce cercueil d'eau. Une sirène. J'entends déjà des oh et des ah, allez dans la foule. Les sirènes sont bien plus une légende qu'autre chose. Il est rare d'en voir désormais et pour cause. Nous nous cachons, nous vivons là où l'on ne nous penserait pas. Au milieu du troupeau, tel des loups déguisés. 
Mon regard reste accroché à ce cercueil de verre, à cette créature à l'air piteux, malade, désespéré et un pincement me prend au cœur. Cela pourrait être moi, n'importe lequel des membres de ma famille, de la nouvelle famille de ma sœur, car oui. J'observe les écailles couleur bleu roi de cette sirène qui provient à n'en pas douter des océans. Pêche malencontreuse ? Découverte accidentelle ? Je ne saurai dire ce qui lui a valu un tel sort, mais la peur s'empare de moi. Comme s'il était évident que j'étais moi aussi de son espèce, comme si les regards allaient se braquer sur moi, les mains m'agripper, les couteaux me saigner à vif et que, bientôt, je terminerais dans un cercueil de verre aux côtés de cette créature 


L'explication a durant ce temps-là suivi son cours. Les marchands ont expliqué de long en large la capture, le sang de sirène qui soigne tout et bien sûr, les pièces ont fusé pour acheter une fiole de sang. Je me demande s'ils pouvaient la tuer pour son sang, bien qu'elle leur soit bien plus utile vivante. Le sang, ça se refait, lorsque l'on est vivant. Et moi, encapuchonnée comme je suis, j'observe, impuissante, le marchandage du sang des miens. Oui, je sais qu'il est paradoxal de m'entendre parler ainsi lorsque je parle des enfants d'Olinwe en des termes peu plaisant, mais ils m'ont pris ma sœur, je peux me le permettre. Ainsi, je reste là, tel une statue de sel, observant encore et encore la créature, laissant la place se vider, le tissu l'enfermer de nouveau dans l'obscurité, les assassins en puissance, ranger leur stand, prêt déjà à partir pour un autre lieu, une autre ville et voilà que je m'avance. Je suis terrifiée bien sur, mais cela ne se voit pas. Je suis une Greywaters, je sais contrôler mes émotions. Et c'est ainsi que je m'approche d'eux, les observe quelque peu, puis laisse glisser ma capuche sur mes épaules, dévoilant mon visage, ma chevelure, puis le sceau de ma famille que je porte au doigt. 

« Je suis Eiliss Greywaters, fille cadette du Bann de Thern. »

Cela leur fait une belle jambe, même si je ne vois en leurs yeux qu'ils sont intrigués. Je continue de les observer, replaçant ma capuche, ne souhaitant pas attirer plus d'attention que nécessaire sur moi.

« Votre créature est pour le moins... Rare et source d'intérêt. Que diriez-vous de quitter ce lieu pour le château ? Je suis certaine que mes parents seraient ravis de voir tel créature ailleurs que dans leurs livres poussiéreux. »

Je souris, enfantine, innocente, décrochant une bourse de ma ceinture que je leur tends. Je les vois soupeser celle-ci, s'interroger du regard, puis, finalement, acquiescer doucement à mon invitation. Ils seront en fin d'après-midi au palais pour nous présenter la sirène, espérant vendre, bien sûres quelques fioles de son sang au seigneur des environs. J'applaudis en sautillant, enfant idiote que je suis. Je joue mon rôle à la perfection. Je leur demande s'ils sont nombreux, s'ils souhaitent dormir dans le château cette nuit, allant même, jusqu'à poser ma main sur l'avant-bras de l'un d'eux, louant les mérites d'hommes comme eux, assez puissant pour capturer un monstre marin, pour montrer au peuple ce qu'ils sont. 

Et je gagne bien entendu. Alors, seulement, je les laisse. Je repars vers le château au pas de course. Je sais que je vais me faire punir pour un long moment d'être ainsi sorti sans protection, je sais que je serai étroitement surveillé durant un long moment, mais l'occasion est trop belle. Père saura que faire. Père saura comment tuer ces hommes sans que cela ne se remarque, comment sauver cette pauvre créature de leurs griffe. Il le faut, car je ne saurai tolérer que ce genre d'individus vivent. Que des membres de ma race soient ainsi exposés tels des pantins, saignés tels des porcs. Qu'importe ce que cela me coûte, je me battrais contre cela, à mon niveau... 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

born under a cursed sky.

✧ Date d'inscription : 17/03/2017
✧ Messages : 55
✧ Écus : 2
✧ Ordre des Aigles : seconde du navire Le Souverain, elle suit Daryün Nosgard comme son ombre.


MessageSujet: Re: Eiliss ♦ My cage have many room, damask and dark   Dim 14 Mai - 20:04

Bienvenue officiellement :haha:
N'hésite pas si tu as des questions I love you

_________________

Yes, I have the misfortune to be a woman on this wretched earth but my soul is no man’s property. Not my father’s, not my husband’s and not my brother’s. I will not be exploited for any man’s gain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 23/12/2016
✧ Messages : 356
✧ Localisation : Thern
✧ Ordre des Aigles : Des barbares sanguinaires qui mériteraient de tester leurs propres méthodes.


MessageSujet: Re: Eiliss ♦ My cage have many room, damask and dark   Dim 14 Mai - 23:01

Une de mes nièce??? :D Mais alors de quelle branche?
Bienvenue à toi parmi nous ! Tatie Ysa sera là pour parler de tout ce que tu veux et si tonpapa est méchant avec toi, j'le déboite :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 01/05/2017
✧ Messages : 78
✧ Localisation : Son navire ou une ville côtière.
✧ Ordre des Aigles : Je rêve de les voir brûler...


MessageSujet: Re: Eiliss ♦ My cage have many room, damask and dark   Dim 14 Mai - 23:12

Bienvenue jolie blonde ! Bon courage pour ton écriture ! :danse:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 16/12/2016
✧ Messages : 45
✧ Ordre des Aigles : Sa soeur leur appartient, elle n'approuve pas leur méthode mais doit se taire pour la coopération entre les trois soeurs.


MessageSujet: Re: Eiliss ♦ My cage have many room, damask and dark   Mer 17 Mai - 19:55

“ TU ES VALIDÉ ”

félicitations tu fais parti de l'aventure !


J'adore ta façon d'écrire et ce que tu as fait de la cadette des Greywaters :mimi: Hâte de la voir mener les hommes par le bout du nez hinhin (tant que je suis l'exception à la règle o )
Amuse-toi bien avec elle !


Tu peux donc désormais te promener librement sur le forum, tel un voyageur en quête d'aventures toujours plus palpitantes les unes que les autres ! Si tu as soif de RPs et de nouvelles rencontres, nous te conseillons d'ouvrir ta fiche de liens, histoire de pouvoir papoter lien avec les autre membres validés du forum. N'oublie pas de poster ton sujet récapitulatif de RPS en passant par ici.  N'hésites pas à venir recenser ta famille noble par ici et chercher un partenaire de rp  .

Nous t'encourageons à venir flooder dans la partie faite pour (ici on aime bien les gens bavards   ) et également à participer à la vie de la CB (il y aura toujours quelqu'un pour t'accueillir dignement yeah). Mais attention à ne jamais négliger la partie jeu  !  

BON JEU ET BONNE AVENTURE SUR BATB !  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Eiliss ♦ My cage have many room, damask and dark   

Revenir en haut Aller en bas
 

Eiliss ♦ My cage have many room, damask and dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Implantation d’un show-room pour la vente de voitures d’occasion à l’entrée de Bougival
» cage à écureuil
» La cage dorée
» Comportement lors du décès d'un compagnon de cage
» mon octodon ronge sa cage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE MERMAID GRACE ::  :: Le serment d'allégeance :: Bienvenue en Eador-