AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Peace comes from within. - Ysaleen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


✧ Date d'inscription : 09/04/2017
✧ Messages : 41
✧ Localisation : Isandiel


MessageSujet: Peace comes from within. - Ysaleen   Lun 17 Avr - 20:55


   

   

   
Ysaleen & Llariarith

   
You must have chaos within you to give birth to a dancing star  

   Le jardin du silence ne convient pas vraiment au culte d'Ylienna, parce que c'est un culte qui se chante, se danse, se dessine et se vit quand le jardin est dédié à la contemplation. C'est donc sous cet arbre millénaire (au moins) que j'officie, c'est, de plus, un lieu de confluence magique.

L'endroit n'est pas très éloigné de la cité, une petite demi-heure de marche sur un sentier dégagé et bien entretenu, si bien que malgré l'absence de pavé même les nobles peuvent nous rejoindre. Sous l'arbre l'herbe est douce et tendre malgré les nombreux pas la foulant quotidiennement, principalement les danseurs mais également les musiciens qui s'installent à leur guise. Les peintres et autres artistes se régalent d'une vue dégagée sur les falaises et la crique. L'endroit est magnifique, idéal pour honorer la joie de vivre.

Je vis non loin, le sentier s'efface en entrant dans la clairière mais reprend derrière quelques buissons, il mène à ma cabane, pas très grande mais simple et fonctionnelle. La forêt me fournit en bois et la rivière qui vient se jeter dans la mer un millier de pas plus loin me fournit en eau et en poisson. Un petit jardin où je cultive des légumes et quelques simples vient compléter mon terrain, orné de ci de là d'arbres et d'arbustes fruitiers plantés autrefois par ma mère.

Peu avant l'aube, juste après être sortie de l'eau, je suis allée sous l'arbre sacré. si les musiciens et danseurs dorment encore nombre d'artistes aiment à saisir sur la toile les couleurs uniques d'un lever de soleil. Je souris en voyant un habitué, le salue d'un geste de la main et me dirige vers la cité où, bientôt, le marché sera animé de mille senteurs, mille crieurs, mille saveurs.

Je ne rentre que vers midi, j'ai mangé quelques confiseries au miel en marchant, d'ici peu l'Arbre sera envahi de gens venus prier, à leur façon, je presse donc le pas, serrant sous mon bras un panier plein de pain et de quelques épices. J'ai vendu mes foulards, j'ai pu racheter de la soie vierge, je ferais mes propres teintures, peut être tenterais-je à mon tour de capturer la beauté d'un lever de soleil sur la falaise.

Lorsque j'arrive les musiciens attendent les danseurs, je vais déposer mon panier dans un petit cabanon juste assez grand pour lui. Au soir la faune locale n'aura pas réussi à s'en approcher.

Puisque personne, encore, ne danse je m'avance et attends que la musique m'invite et me transporte. Les bras arrondis au dessus de ma tête je laisse mes jambes s'arquer et se redresser pour m'assouplir puis commence à danser au rythme inventé par les présents, c'est parfois un peu dissonant, chacun tentant de s'adapter aux autres, mais l'ensemble sans être digne d'une symphonie a la beauté imparfaite de la vie.

Les gens commencent à arriver, ils me trouveront dansant au milieu de la clairière, au début certains sont étonnés, plus habitués au silence contemplatif du Jardin de la Cité, mais ils finissent toujours par se laisser entraîner, par rire, sourire, voire se joindre à nous. On vient rarement ici par hasard après tout.


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 23/12/2016
✧ Messages : 356
✧ Localisation : Thern
✧ Ordre des Aigles : Des barbares sanguinaires qui mériteraient de tester leurs propres méthodes.


MessageSujet: Re: Peace comes from within. - Ysaleen   Ven 28 Avr - 11:00


    Juchée sur sa monture, elle progressait au pas dans la forêt, progressant plus rapidement que ceux qui réalisaient le trajet à pied. Le regard azuré de la jeune femme se promenait tout autour d’elle, s’imprégnant de ces lieux qu’elle n’avait jamais traversé auparavant. Si Ethen n’avait que peu de secrets pour elle, il n’en allait pas de même pour le Royaume d’Istard et, ayant profité de sa présence au tournoi du Roi, elle avait décidé de poursuivre sa route seule le temps de quelques jours avant de rentrer auprès de son frère. Lors de ce Tournoi, elle avait rencontré une jeune femme aux allures étranges quoiqu’envoutantes. Il ne lui avait fallu que quelques paroles pour apprivoiser la sirène d’eaux douces et l’inciter à venir la rencontrer sur les lieux du Culte de la déesse des Arts, Ylienna.

    Le matin, bien que toujours blessée à l’épaule, résultat de sa participation au Tournoi, elle s’était arrêtée près de la rivière, prenant le temps de se baigner et révélant de ce fait sa vraie nature. Ne connaissant que trop peu les lieux, Ysaleen s’était montrée bien plus prudente que lors des longues baignades qu’elle pouvait réaliser à Thern, protégée par le lac profond et plus que connu par elle. De plus, les Aigles ayant agi durant les festivités, elle les savait proches d’elle et ne faisait que se montrer plus attentive aux alentours et avait écourté son bain. Elle avait alors laissé ses longs cheveux blonds libres, quelques mèches voletant çà et là, ne dégageant son visage que par une tresse plaquée contre son crâne. Elle portait une tunique argentée et brodée de fil noir, rappelant le blason de la famille Greywaters à laquelle elle était rattachée malgré son statut de bâtarde. Son bras était toujours maintenu en écharpe pour éviter à son épaule de trop gros choc qui pourraient entraîner un nouveau déboitage.

    Arrivant non loin du lieu de culte de la Déesse qui lui avait été indiqué par la jeune femme qu’elle avait rencontré, elle mit pied à terre et laissa sa monture à l’abri dans les bois, là où elle pourrait malgré tout manger à sa faim et lui laissant une capacité à bouger plutôt grande. Enfin, Ysaleen acheva son petit périple à pied, se joignant à la foule qui s’avançait vers un arbre gigantesque qui trônait au milieu d’une clairière. Une musique entrainante devenait un peu plus audible à chaque pas supplémentaire qu’elle faisait et quand ses yeux clairs se posèrent sur la jeune femme, elle ne put s’empêcher de sourire. Llariarith était là, s’agitant en rythme sur une musique aussi harmonieuse que non connue aux oreilles de la jeune native du lac d’Ardlos. Durant un long instant, elle observa tous ces gens, autour d’elle, qui venait rendre grâce à Ylienna. Certains ne tardèrent pas à rejoindre la prêtresse dans sa danse quand d’autres rejoignirent le petit groupe instrumental d’un nouvel instrument ou adressant une prière chantée à la déesse. La blonde resta immobile durant un long instant, l’accalmie se créant au fond d’elle et laissant place à l’apaisement. Un court instant, elle oublia les Aigles et leurs tueries, les regards écœurés qui se posaient sur la bâtarde qu’elle était et les soucis de sa famille aussi divers que variés.

    Finalement, souhaitant également rendre hommage à la déesse, elle s’avança vers l’arbre sur lequel elle posa sa main libre, murmurant alors sa prière à l’égard de celle qui amenait joie de vivre et plaisirs simples en ce monde. Les yeux clos, elle s’abandonna entièrement à cette déclaration privée, s’isolant de tous ceux qui pouvaient l’entourer et en oubliant sa propre existence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 09/04/2017
✧ Messages : 41
✧ Localisation : Isandiel


MessageSujet: Re: Peace comes from within. - Ysaleen   Lun 1 Mai - 18:42


   

   

   
Ysaleen & Llariarith

   
You must have chaos within you to give birth to a dancing star  

   La Déesse guide mes gestes et ceux des musiciens, du chaos initial nait une harmonie entêtante. Peu à peu tous, ou presque, se joignent à nous. Sous l'arbre, paume ouverte sur l'écorce rugueuse, une âme semble ignorer notre chant.

Lorsque la musique s'estompe je m'approche de l'inconnue silencieuse, la découvre, certes, silencieuse mais pas inconnue, pas tout à fait. Ysaleen, que j'ai rencontré au tournoi du Roi. Bon, pas tout à fait inconnue mais pas non plus amie de longue date, on a du échanger quelques mots en attendant un banquet ou un bouffon. Mais je me souviens l'avoir trouvée troublée et lui avoir conseillé de venir ici. Je souris donc en découvrant qu'elle a suivi mon conseil.

Silencieuse pour ne pas troubler sa prière je m'installe en tailleur non loin d'elle et usant d'un fusain croque ses traits rapidement. Ce n'est qu'une esquisse, quelques gestes trop rapides sur un parchemin, mais je tente de capturer l'essence de cet oubli dans lequel la prière l'entraine. Quand, finalement, sa main quitte l'écorce et que son regard se pose sur le monde qui l'entoure je souris, me redresse et m'avance d'un pas joyeux.

"Ysaleen ! Bonjour, je ne m'attendais pas à te voir si rapidement." 


Je tutoie tout le monde, ou presque, une habitude. Ceux qui s'en offusquent finissent par s'y habituer. Il y a quelques exceptions, principalement les gens très froids, parce que je présume que ça ne les réchauffera pas, qu'ils y verront un irrespect totalement absent de ma démarche, mais c'est assez rare.

"Je suis ravie que tu ai pu te libérer." 


Si je me souviens bien elle était assez prise, même si on ne compte pas sa participation au tournoi. Les gens ont en général cette tendance qui m'échappe à remplir leurs vies de mille obligations. Je n'ai jamais réussi à pleinement comprendre cela, mais ce n'est pas propre aux humains, j'ai connu des sirènes qui faisaient de même.

Je lui tends le dessin qui la représente, main sur l'immense arbre qui nous surplombe de toute sa splendeur, cadeau de bienvenue, souvenir, offrande,bénédiction c'est un peu tout cela et probablement davantage ou bien ce n'est qu'un parchemin qui allumera le feu ce soir.

"Tu reste encore longtemps ? " 


Je ne saurais pas dire, exactement, quelle est sa place dans la société humaine....Enfin humaine, les sirènes y vivent depuis si longtemps qu'elle n'est plus purement humaine, si  ? Enfin qu'importe, je divague, toujours est-il que tous ces codes, ces rangs, ces titres, cela m'échappe, mais je suis prêtresse d'Ylienna, mon coté "évaporé" fait quasiment partie du travail, on me le reproche rarement. De toute façon il est difficile de parler d'art, d'amour, de beauté, de vie en appelant les gens par des titres ronflants et en étant attentif à l'étiquette, donc j'ai fini par renoncer à mes (rares - et maigres - ) tentatives d'apprentissage dans ce domaine.

Je laisse mon regard errer sur ses longs cheveux que la brise a décoiffé malgré la tresse qui met en valeur l'ovale de son visage, sur sa tunique aux couleurs de la famille Greywaters, son bras en écharpe souvenir du tournoi. Je n'ai pas assisté aux combats, ce n'est pas un art qui me parle, même si les combattants l'évoquent ainsi. Je peux accepter qu'ils apprécient cela, j'ai du mal toutefois à le comprendre. Peut être parce que je crains le jour où les combats ne seront plus dans la lice mais dans ce sanctuaire. Qu'adviendra-t-il si les Aigles trouvent un moyen de nous identifier ?

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 23/12/2016
✧ Messages : 356
✧ Localisation : Thern
✧ Ordre des Aigles : Des barbares sanguinaires qui mériteraient de tester leurs propres méthodes.


MessageSujet: Re: Peace comes from within. - Ysaleen   Lun 15 Mai - 11:13


    Quels sont les mots juste que l’on peut adresser à une divinité ? Longtemps, Ysaleen n’avait su croire en ces prières et ces offrandes que l’on pouvait offrir à des êtres tant invisibles qu’ils semblaient avoir le droit de jouer avec les vivants comme avec des poupées de chiffon. Puis, Aerdenn lui avait appris les différents cultes, l’orientant dans la grande bibliothèque de Thern afin qu’elle puisse en lire les ouvrages dédiés à cela et enrichir sa culture. Alors, elle avait appris à se montrer respectueuse envers les Dieux et à les aimer à sa manière. Avant chaque combat, elle adressait une prière silencieuse afin que protection lui soit accordée. Et c’était dans un but de pèlerinage qu’elle était venue jusqu’à cette clairière sur les conseils d’une jeune prêtresse afin de retrouver une paix intérieure qu’elle avait perdu quand elle avait appris le retour de ces créatures d’antan. Les Aigles. Bien qu’elle n’ait assisté à la saignée, elle en avait entendu suffisamment de choses pour être prête à traquer et abattre ces monstres. Mais son épaule abimée semblait avoir été un signal, retardant cette quête pour la conduire vers une autre.

    Finalement, après avoir choisi ceux qui semblaient être les plus adaptés, elle détacha sa main de l’arbre sacré et ouvrit les paupières sur le monde qui l’entourait. Ce fut alors qu’elle remarqua la présence de la jeune femme non loin d’elle, rompant l’espace entre elles avec un sourire aux lèvres. Alors les lèvres d’Ysaleen s’étirèrent également dans un sourire doux tandis qu’elle faisait un pas ou deux en direction de la jeune femme qui la salua avec une familiarité qui aurait pu être déconcertante à toute autre personne de la haute société. Mais la blonde n’était qu’une bâtarde habituée à ce qu’on la traite toujours en moins que rien ou, au mieux, en égale. De sa main libre, elle vint serrer délicatement le bras de la jeune prêtresse pour marquer le contact entre elles et lui affirmer à sa manière qu’elle était également heureuse de la revoir en ces lieux. « Llariarith ! J’ai suivi ton précieux conseil ainsi que la voie que tu m’avais indiquée et… Me voilà ! » Elle eut un léger rire amusé tandis que la jeune femme qui se tenait face à elle, relâchant son étreinte pour mieux l’écouter tandis qu’elle semblait lui faire part de son ravissement quant à sa présence ici. « Mon frère semblait bien triste de me laisser derrière lui mais j’ai su lui faire entendre que cet instant était nécessaire à mes yeux. Ainsi, j’ai pu me libérer de ses fonctions à ses côtés pour quelques temps. »

    La jeune prêtresse lui tendit alors une feuille de papier. Quand elle s’en saisit, il ne lui fallut guère longtemps avant de comprendre de quoi il s’agissait. Bien que les traits étaient simplistes, il la représentait, elle, se recueillant avec quiétude devant cet arbre sacré. Elle se mordit alors délicatement la lèvre inférieure, touchée par le geste. « Il est magnifique… Merci. » Elle le garderait précieusement, pour sûr. Relevant son regard océan sur la jeune femme qui lui demandait si elle restait longtemps ou non, elle eut un nouveau sourire. Rares étaient les moments où Ysaleen prenait le temps de se poser, de méditer et de prendre soin d’elle. Pourtant, cette fois-ci, la convalescence l’avait presque poussée à demeurer ici des jours durant. « Je resterais au plus une semaine. J’aime à penser que notre chère déesse des arts aura pitié de moi et saura m’aider sur le chemin de la guérison, bien que je cicatrise plutôt vite. Et puis, d’ici une semaine, je devrais soigner un autre mal. » Les sirènes avaient cette gêne. Se baigner ou mourir dans d’atroces souffrances. Le lac de Thern et ses eaux claires pour la jeune femme étaient bien loin et elle devrait se baigner dans la rivière qui bordait Isandiel avant de s’en retourner chez les siens, comme elle l’avait fait avant de venir ici. C’était une tâche parfois contrariante mais pour une sirène, un instant de pur bonheur.

    Elle releva le regard pour observer les autres gens présents dans le sanctuaire. « Est-ce moi ou tout le Royaume d’Istard vient t’accompagner dans tes prières ? j’espère que tu me pardonneras mon manquement dans la danse : je n’excelle guère dans ce domaine tout comme je préfère ménager mon corps après ce qu’il a eu à subir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 09/04/2017
✧ Messages : 41
✧ Localisation : Isandiel


MessageSujet: Re: Peace comes from within. - Ysaleen   Dim 21 Mai - 16:08


   

   

   
Ysaleen & Llariarith

   
You must have chaos within you to give birth to a dancing star  

   La blonde semble, elle aussi, ravie de me voir, malgré son épaule blessée son sourire illumine la clairière. Autour de nous la musique se fait plus calme, plus discrète, les danseurs reprennent leur souffle, discutent entre eux. La Déesse les aide, bien sur, mais plus que tout ils ont besoin d'un endroit où déposer un temps leurs soucis, leurs inquiétudes, leurs problèmes. En entrant ici tel est le voeu que chacun fait. Aux autres Dieux, dans le Jardin du Silence, on apporte en pèlerinage tout ce qui ne va pas, leur demandant des solutions, de l'aide, un soutien, une protection, leur demander d'alléger le fardeau. Mais ici on vient chercher l'oubli temporaire, on vient déposer un instant ce fardeau bien trop lourd pour reprendre son souffle, retrouver des forces.
Des fois cela permet de prendre du recul, de faire le tri et de jeter aux orties une bonne partie du bagage. Des fois le fardeau est toujours aussi lourd mais on a davantage de force pour le porter.

"Il n'a pas pu rester ? Il est vrai qu'il vaut mieux pour toi ne pas voyager durant encore un moment. " 


Avec son épaule monter à cheval serait un calvaire, et cela ralentirait les soins pour sur, cela dit quoiqu'on puisse croire quand on est pauvre, les carrosses ne sont guère plus agréables. Sur les routes pavées ils tressautent de façon régulière, sur les chemins de terre ils s'envolent à chaque ornière. L'envolée est surement agréable, l'atterrissage probablement plus douloureux.
Dans tous les cas voyager est exténuant et le corps a déjà besoin de beaucoup d'énergie pour se guérir.

Je l’entraîne vers deux rondins posés dans l'herbe à l'ombre des branches séculaires.

"Aucun souci, personne n'est obligé de danser, ou de prier de la même façon que les autres. Certains dessinent, d'autres chantent, peignent, dansent, déclament des vers, murmurent à l'oreille de l'arbre. La Déesse considère que toute expression est artistique.  " 


Enfin en tout cas c'est mon cas, et si la Déesse ne s'adresse pas à moi de façon claire j’interprète de mon mieux les signes qui me sont accordés.

Je souris légèrement quand elle mentionne le nombre de présents, un sourire un peu triste toutefois, ou du moins teinté de mélancolie.

" Ils sont plus nombreux en ce moment, les festivités du tournoi rappellent souvent Ylienna et ce lieu de culte. Mais plus encore que d'habitude les gens ont besoin d'espoir. Le retour des Aigles, l'incendie, les inondations, les conflits, les rumeurs.... Tout cela inquiète tout le monde.  C'est aux heures les plus sombres que ce sanctuaire est le plus nécessaire. Ils vont prier aux Jardin du Silence aussi, mais ici c'est différent, on vient oublier, comme à la taverne, sans la gueule de bois.  " 


Ou presque, certains en effet célèbrent Ylienna avec quelques pintes. Je les laisse faire tant qu'ils restent raisonnables. Jusqu'ici il n'y a jamais eu de souci. Je retiens un soupir et reprend un air plus joyeux :

" Je fais une piètre prêtresse, dis-moi que comptes-tu faire une fois guérie ? Parler d'avenir sera surement plus agréable que la conversation que je viens de t'imposer.   " 


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 23/12/2016
✧ Messages : 356
✧ Localisation : Thern
✧ Ordre des Aigles : Des barbares sanguinaires qui mériteraient de tester leurs propres méthodes.


MessageSujet: Re: Peace comes from within. - Ysaleen   Sam 27 Mai - 0:59


    Quand elle posa la question sur le départ d’Aerdenn, Ysa ne put que sourire avec bienveillance et tendresse. Elle aurait certes aimé savoir que son frère l’avait attendu, quitte à prolonger le séjour de toute la maison Greywaters à Isandiel. Mais le devoir l’appelait et les Aigles de retour n’était qu’un souci de plus qu’il allait devoir tenter de gérer dans la cité des érudits. « Mon frère à des devoirs que seuls les nobles peuvent comprendre… Mais il a accepté que je reste et j’apprécie ce geste, moi qui lui suis dévouée et qui ne peut me soustraire à ses ordres sans qu’il ne m’en donne l’autorisation. » Une relation qui pouvait paraître bien étrange et pourtant, elle était on ne peut plus simple et basée sur une confiance absolue et un amour fraternel profond.

    Finalement, la jeune prêtresse l’entraîna vers deux rondins de bois. La Ménaïade prit alors place sur l’un d’eux, poussant un long soupir de décontraction. Enfin, elle ne pouvait penser qu’à elle et ne pas réfléchir aux conséquences de sa posture et de son allure. Enfin, elle n’avait pas à contrôler sa langue et ses gestes et devrait simplement être elle-même. Alors qu’elle exprimait son incapacité à se joindre aux autres convives présents qui s’agitaient où créaient, participant d’une manière ou d’une autre à l’harmonie générale, Llariarith la rassura, lui affirmant que chacun venait faire une prière à la manière qui lui était le plus adapté. Il n’y avait nulle ligne de conduite et la jeune femme ne ut que sourire en apprenant cela.

    Finalement, elles parlèrent du monde présent et de ce nombre incroyable de croyants venus adresser quelques paroles chantées, dansées ou autre à la déesse des Arts. La jeune prêtresse lui fit alors comprendre que le Tournoi avait joué en sa faveur, incitant les quelques gens de passage à venir se recueillir dans ce sanctuaire dédié à Ylienna. A cela, elle ne tarda pas à ajouter les diverses catastrophes qui secouaient le continent tout entier ces derniers temps et qui incitait les habitants de ce royaume à rechercher une légèreté certaine. Elle sourit alors avec douceur. « Nous avons toujours besoin d’espoir… Seuls les Dieux sont capables de nous l’offrir et pourtant, parfois, nous pensons qu’il a disparu à jamais… Je crois que c’est également ce genre de chose que je suis venue rechercher ici, à tes côtés. J’ai perdu l’espoir à force de voir ces actes de barbarie et de cruauté et je ne peux m’empêcher de penser que mon corps blessé n’est qu’une conséquence de cela… »

    Elle eut un petit sourire un peu gêné, massant délicatement son épaule encore démise quelques temps auparavant. Finalement, Llariarith reprit la parole, essayant de s’avoir ce que la jeune femme comptait faire une fois cet intermède passé. Ysaleen eut un sourire amical et posa sa main libre sur celle de la jeune prêtresse. « Tu ne m’imposes rien du tout, n’aie crainte. Ta compagnie est au contraire bien rassurante, moi qui ne connait que peu de monde en Istard. » Elle rit doucement avant de poursuivre. « Eh bien, je rentrerais chez moi, à Thern et je reprendrais très certainement mes devoirs. Je me dois de protéger ma famille des dangers à venir et ils sont terriblement nombreux, je le crains. J’aurais aimé pouvoir m’attarder un peu plus en ces lieux ou dans les environs mais je crains que ce ne soit impossible. Et toi ? Que fais-tu quand peu de monde se joint à toi en ces lieux ? Ne te sens-tu pas seule, parfois ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 09/04/2017
✧ Messages : 41
✧ Localisation : Isandiel


MessageSujet: Re: Peace comes from within. - Ysaleen   Sam 3 Juin - 19:59


   

   

   
Ysaleen & Llariarith

   
You must have chaos within you to give birth to a dancing star  

   Le regard d'Ysaleen s'emplit de tendresse en parlant de son frère, je souris légèrement, qu'importe la façon dont elle tourne sa phrase, son amour est profond et tangible, surement réciproque. Dévouée elle l'est surement, pas tant par devoir que par sentiment semble-t-il.

Je hoche la tête, je ne connais rien des obligations des nobles, je les leur laisse sans aucun regret, j'aime ma vie comme elle est, simple et dédiée à la Déesse. Il est vrai que je travaille dur, moins que bien d'autres toutefois, mais j'aime sentir la fatigue alourdir mes bras à la fin d'une journée bien remplie. Je suis rarement oisive, si ce n'est comme actuellement en compagnie des fidèles. Mais est-ce réellement de l'oisiveté ?

Sa réponse à mes doutes que j'ai exprimé à tort et à travers m'arrache un soupir léger :

"L'espoir est toujours présent, mais nous ne le voyons pas toujours. Et il ne prend pas forcément la forme que nous voudrions lui donner. Peut être que cette blessure est un don des Dieux pour t'obliger à t'arrêter, à observer, à le retrouver. Ou peut être que non. Il est toujours difficile de comprendre les desseins des Dieux, ils ont une vue d'ensemble qui nous échappe." 


Après tout un héros a besoin d'une catastrophe ou d'un méchant à combattre, sans cela comment peut-il découvrir son potentiel ? Comment apprendre à grimper si l'on ne se heurte jamais à une falaise ? Comment apprendre à nager si l'on reste où l'on a pieds ? C'est dans l'adversité que l'homme se révèle, en bien ou en mal, lâche ou courageux, loyal ou trompeur.

Le retour des Aigles n'est peut être qu'une épreuve pour les Sirènes, ou pour les Humains....Ou pour les deux, d'ailleurs. Difficile à dire, les Dieux connaissent l'avenir et l'esprit de chacun, je suis loin de comprendre leurs décisions.

La conversation revient sur un sujet plus positif, son retour chez elle, protectrice de sa famille elle a des obligations. Je hoche la tête et souris légèrement à sa question :

" Je suis rarement seule, mais entre les foulards que je peins avec mes propres teintures, le marché où je vais chaque matin, les prières, les tâches ménagères, les récoltes en forêt et mon jardin..... Les journées sont bien remplies. J'ai rarement le temps de m'ennuyer, de toute façon je ne sais pas faire. Parfois j'ai un peu de temps devant moi, je le passe à observer les nuages, à danser, chanter, dessiner, rêver.... Je ne crois pas m'être jamais ennuyée. " 


Le soir la maison semble bien vide sans ma mère, bien sur, mais j'aime la solitude autant que la compagnie. Etre en tête à tête avec moi-même ne m'effraie pas. Et puis il y a toujours quelque chose à faire, et quand vraiment j'ai du temps libre je vais nager, seule aux yeux d'un inconnu peut être mais en communion avec le monde et la magie en réalité.


"Mais toi, passé l'entrainement et la patrouille, que fais-tu de tes journées ? " 


Nos mondes sont si différents, nos vies n'ont que peu en commun et j'ai peine à imaginer une journée d'Ysaleen, comme sans doute elle peinerait à imaginer l'une des miennes, a-t-elle un potager à sarcler et entretenir ? Des animaux à nourrir ? Des habits à repriser ou de la viande à fumer ? Ou bien d'autres qu'elle font-ils cela pour qu'elle puisse se consacrer à....A quoi d'ailleurs ?
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


✧ Date d'inscription : 23/12/2016
✧ Messages : 356
✧ Localisation : Thern
✧ Ordre des Aigles : Des barbares sanguinaires qui mériteraient de tester leurs propres méthodes.


MessageSujet: Re: Peace comes from within. - Ysaleen   Jeu 20 Juil - 20:33

Llariarith était de ceux qui pouvait apaiser une âme avec quelques mots. Les signes des Dieux, chacun les voit là où il a envie de les voir. Une naissance infortunée peut être une malédiction tout comme une lumière particulière peut être une bénédiction. Ysaleen n’était pas de ceux qui cherchaient les signes à chaque coin de rue, espérant pourtant capter ceux qui étaient essentiels. Si, pour elle, cette blessure qu’elle portait était un message des Dieux, pour la prêtresse, il pouvait l’être tout comme il ne l’était pas nécessairement, les Dieux étant trop soigneux dans leurs actes pour semer des indices avec précisions. La blonde sourit devant cette révélation. « J’espère simplement que le dessein que me réserve les Dieux est à la hauteur de mes espérances ! » Et qu’elle serait elle-même à la hauteur de la tâche que les divinités pourraient lui confier…

Accordant une réponse à sa question, la jeune femme lui expliqua le déroulement de ses journées. Il y avait tant à faire qu’Ysaleen n’aurait su suspecter qu’elle resta silencieuse un instant, une bienveillance presque maternelle se posant dans son regard azuré. Décidément, ce petit bout de femme avait plus de ressource qu’elle n’y paraissait et bien qu’elle ne tenait aucune épée ou arc, elle avait ses propres combats quotidiens à mener pour amener la paix en ces lieux et survivre malgré sa condition. Ysaleen se rappelait très bien l’enfance difficile qu’elle avait eut et comment elle et sa mère se donnaient corps et âme pour avoir un peu de pain à manger le soir venu. Et puis, sa mère était morte et le temps que le seigneur de Thern apprenne la nouvelle, elle avait survécu toute seule, telle une sauvageonne, chassant dans les bois, se brulant les doigts en essayant de faire naître un foyer dans la petite cheminée de la chaumière qu’elle occupait. Aujourd’hui, tout cela n’était que lointain souvenir, elle qui n’avait alors plus qu’à claquer des doigts pour obtenir ce qu’elle souhaitait. Cette facilité était parfois agaçante et peut être était-ce pour cela qu’elle appréciait tant les instants passés avec Caïn sur les bords du lac Ardlos, la ramenant à cette vie plus simple dans laquelle on pouvait saisir le fruit de son labeur entre ses mains et se féliciter de celui-ci. Finalement, Ysaleen en vint à envier le manque d’ennui de Llariarith.

Elle bougea légèrement sur le rondin de bois, cherchant une position plus confortable tandis que la jeune femme lui posait une nouvelle question. Que faisait-elle une fois les entrainements terminés ? Et quand son frère n’avait guère besoin d’elle ? Elle dut réfléchir un court instant pour aligner ses pensées avant de répondre. « Je lis beaucoup. J’ai grandi à l’abri des regards dans la grande bibliothèque de Thern où l’on m’a enseigné la lecture et depuis, je m’applique à parcourir chacun de ces ouvrages pour enrichir mes connaissances. J’espère que le passé puisse m’enseigner quelques leçons que je saurais appliquer à l’avenir. Et sinon… Je dois parfois remplir le rôle de lady, quand des invités nous rendent visite, ce qui n’a, clairement, rien de plaisant. Tout n’est que faux semblants et sourire alors que bien des gens pensent uniquement à mon statut de bâtarde… » Elle rit légèrement avant de reprendre. « Mais, bien que je n’ai rien pour m’occuper comme tu peux le faire, je me plais à quitter la demeure familiale et galoper dans la forêt, plonger dans le lac d’Ardlos des heures durant et chasser. Dans ces moments-là, alors, je me sens libre comme l’air, en harmonie avec la nature et mes sens. » Elle eut un sourire plus mince et pourtant, empli de rêveries que l’on pouvait croire impossibles chez une femme de son âge. D’ailleurs, il y avait bien une question spontanée qui sortit simplement de sa bouche. « Les prêtresses peuvent elle avoir une vie de famille ? D’ailleurs, ta famille… Je suppose que tu n’en as plus ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Peace comes from within. - Ysaleen   

Revenir en haut Aller en bas
 

Peace comes from within. - Ysaleen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» En Paix (Peace)
» Fête nationale de la Frite !
» Happyness and peace...
» scoop: Greenpeace en faveur de la Réserve de la Marine!
» If You Want Peace, Prepare For War

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE MERMAID GRACE ::  :: Isandiel-